Projet phare de près : le festival « Perspectives »

05.08.2021

La série « Projet phare de près » présente les dessous et les porteurs de projet :

PROJET | En tant que seul festival transfrontalier franco-allemand pour les arts de la scène, le festival « Perspectives » est depuis plus de 40 ans un parfait exemple pour la coopération culturelle et est solidement ancré en Moselle et en Sarre : danse, théâtre, cirque nouveau, performance et musique ravissent chaque année jusqu’à 30 000 visiteuses et visiteurs dans plus de 10 sites de part et d’autre de la frontière.

 

Vue d'ensemble :


Coordonnées du projet

build Porteur de projet : Festival « Perspectives »
group Partenaire du projet : plusieurs organisations partenaires françaises
event Période : 25-29 mai & 29 juillet-1er août 2021
pin_drop Lieu : Moselle & Sarre / en ligne
euro Somme de subvention : environ 60.000 €

 

N° 1 : Interview « Etat des lieux »

sylvie-hamard

Sylvie Hamard, directrice du festival © Gauthier Brunner

1 - Sur quoi est-ce que vous travaillez actuellement ?

Sylvie Hamard : Le Festival « Perspectives » se tient du 20 au 29 mai 2021. Nous élaborons actuellement notre programmation selon plusieurs scénarios de manière à pouvoir nous adapter au mieux à l’évolution de la situation sanitaire. Nous allons proposer des rendez-vous en ligne, quoi qu’il arrive. Mais pour un festival dédié au spectacle vivant, cela ne nous satisfait pas de nous en tenir qu’à cela. Si les mesures le permettent, nous proposerons des spectacles en extérieur. Enfin, si les théâtres sont ouverts, alors nous investirons quelques salles de spectacle.

 

2 - Comment organisez-vous la coopération avec les organisations partenaires ?

Sylvie Hamard : Nous sommes en lien étroit avec l’ensemble de nos partenaires français et allemands. La situation actuelle implique une immense transparence sur l’avancée des projets, les questions qui se posent, les défis qui se présentent, afin que nous puissions trouver ensemble des solutions. Les échanges sont même plus nombreux que d’habitude !

 

3 - Comment est-ce que vous faites connaître votre projet ?

Sylvie Hamard : De nombreuses décisions en lien avec la programmation sont et seront prises tardivement. Cela implique un travail de communication digitale important pour que nous soyons toujours plus suivis sur les réseaux sociaux, par exemple. Nos collègues des relations avec les publics sont par ailleurs en contact avec de nombreuses personnes des milieux associatif, institutionnel et scolaire pour que nos informations soient relayées au plus grand nombre. Leurs interventions auprès de ces potentiels spectatrices et spectateurs permettent de susciter la curiosité des personnes qui ne connaissent pas encore le festival.

 

***

N° 2 : Interview « Les dessous du projet »

1 - Comment est née l'idée d'un festival de culture franco-allemand ?

Sylvie Hamard : Le Festival « Perspectives » a été créé en 1978 par Jochen Zoerner-Erb qui était alors dramaturge au Théâtre National de la Sarre, à Sarrebruck. Il se rendait régulièrement en France pour assister à de nombreux festivals. C’est là qu’il a découvert de nouvelles esthétiques théâtrales, mais aussi le théâtre de rue ou encore les prémices du Nouveau Cirque. Ces spectacles se distinguaient de tout ce qu’il pouvait déjà connaître en Allemagne. Il a imaginé le festival pour partager son enthousiasme et ses découvertes faites en France avec le public allemand.

 

2 - Comment est-ce que vous choisissez les artistes ?

Sylvie Hamard : Je conçois le programme du festival en fonction de coups de cœur. Tout au long de l’année ma collègue Martha Kaiser et moi-même assistons à de très nombreux spectacles, en France comme en Allemagne, mais aussi en Suisse et en Belgique. Un spectacle doit émouvoir, faire réagir, rire, réfléchir. Si une pièce nous plaît, alors nous avons le souhait de partager nos émotions avec le public du festival. C’est ce qui motive une invitation dans le cadre de « Perspectives ». On se pose aussi beaucoup la question du public et de la langue : est-ce que le spectacle en question peut être surtitré ? C’est évidemment un critère de grande importance pour nous.

 

3 - (Comment) est-ce que la culture vous a aidé à traverser la crise sanitaire ?

Sylvie Hamard : En réalité, il s’est passé l’inverse : le manque de culture a été très pesant. Je ne me satisfais pas des vidéos, livestream et autres captations de spectacles que l’on peut voir sur internet ou à la télévision. La musique et la lecture ont pu être une moindre consolation – et heureusement ! Mais les émotions vécues dans une salle de spectacle ou de concert sont pour moi irremplaçables. Cette période de disette culturelle a assez duré et j’attends avec impatience, comme de nombreux spectateurs, la réouverture de toutes les salles.

 

***

 

N° 3 : Les têtes derrière le projet

Martha Kaiser

martha-kaiser

© Festival Perspectives

  • Âge : 40
     
  • Profession : Conseillère artistique, responsable de projets culturels
     
  • Son rôle dans le projet : Directrice adjointe, chargée de projets
     
  • Pourquoi elle participe au projet : « Parce que c’est un super festival, transfrontalier et d’une grande diversité. Parce que les spectacles donnent matière à rêver. Pour les échanges entre les gens et les pays. Et parce que c’est au festival que j’ai découvert le Nouveau Cirque. »
     
  • Son lien avec la France : « Plein de souvenirs : vacances au bord des lacs et de la mer, jeune fille au pair à Paris… Tout cela a nourri ma passion pour le pays, la langue, la culture et les gens. Mais aussi des clichés : les croissants, le fromage bien fort et le bon vin. »

 

Lola Wolff

lola-wolff

© Festival Perspectives

  • Âge : 24
     
  • Profession : diplômée d’un Master trinational (France – Allemagne – Luxembourg) d’Etudes franco-allemandes : Communication et coopération transfrontalières
     
  • Son rôle dans le projet : Assistante relations avec les publics et billetterie
     
  • Pourquoi elle participe au projet : « Pour défendre le spectacle vivant et l’humain, rendre possible l’émerveillement et le partage d’émotions sans frontière, le tout sans avoir à choisir entre la France et l’Allemagne. Pour l’ouverture et l’enrichissement perpétuel, pour ne pas cesser de me laisser surprendre. »
     
  • Son lien avec la France et l’Allemagne : « Je suis reliée à l’un par ma famille, la langue, les saveurs et les Paris-Brest. À l’autre à travers mes envies d’échappée, mes premières expériences en autonomie, Brême et les Nussecken. Aux deux par de nombreuses rencontres, de beaux souvenirs et différents « chez moi » … »

 

Oswald Bubel

oswald-bubel

© Oliver Dietze

  • Âge : 71
     
  • Profession : retraité
     
  • Son rôle dans le projet : Président du Conseil d’Administration de la Stiftung ME Saar, Grand mécène du Festival
     
  • Pourquoi il participe au projet : « Je suis un fervent spectateur du Festival PERSPECTIVES et dans mes fonctions pour la Stiftung ME Saar, j’en suis un soutien financier convaincu. L’organisation parfaite et la direction du festival rencontrent notre entière approbation, et ce de manière pérenne. Nous nous engageons aux côtés du festival parce qu’il reflète depuis plus de 40 ans les tendances et les évolutions du théâtre contemporain, du cirque et des arts ; parce que c’est un exemple excellent pour la communauté franco-allemande dans la région transfrontalière. »
     
  • Son lien avec la France : « En tant que Sarrois, je suis très attaché à la France. On n’a plus conscience de la frontière dans notre région. La culture et l’art de vivre français font partie du quotidien en Sarre. »

 

***

 

N° 4 : Bilan

Sylvie Hamard : Vous n’imaginez pas à quel point nous sommes heureuses d’avoir pu partager ces moments avec le public et avec l’ensemble des artistes invités.

Les applaudissements du public, les yeux brillants d’émotion et les sourires des festivalier·ères nous ont fait rapidement oublier les mois compliqués que nous avons toutes et tous traversés.

Après avoir proposé une première partie du festival en version numérique, il était d'autant plus formidable de se retrouver « en vrai » pour une deuxième partie : présents, ensemble, dans un même lieu, réunis autour du spectacle vivant – malgré les restrictions sanitaires.

Lors de la 1ère partie, 1 700 e-billets ont été délivrés. 3 205 personnes ont assisté à l’édition estivale.

PERSPECTIVES 2021 aura donc mobilisé au total 4 905 spectatrices et spectateurs enthousiastes.

L’édition digitale a permis de faire découvrir le théâtre digital allemand à un public français. Cet été, plusieurs compagnies françaises fêtaient leur première en Allemagne.

Une chance inouïe nous a permis d’échapper aux intempéries. Et lorsque la pluie se remettait à tomber dans la nuit de dimanche après la toute dernière représentation, quelques larmes nous coulaient sur les joues, de soulagement, de joie et de fatigue aussi. L’émotion est partagée par les équipes artistiques et techniques que nous avons accueillies – toutes et tous étaient dans l’attente depuis si longtemps. Ce qu’il s’est passé ces cinq jours donne un sens à nos métiers, des personnes en charge de la diffusion des spectacles à l’artiste qui monte sur scène, du technicien qui a permis le montage des gradins à la chargée des relations avec les publics, des collègues de la billetterie au régisseur son…

Nous nous trouvons donc ragaillardis par toutes ces belles énergies. Il nous semble plus nécessaire que jamais de continuer de défendre et de développer le Festival PERSPECTIVES dans tout ce qu’il contient de profondément humain et fédérateur, son caractère transfrontalier bien sûr et son identité franco-allemande et européenne.


Qu'est-ce qu'un projet phare ?

Les projets phares se distinguent par leur rayonnement, leur portée et leur pertinence et sélectionnés par un comité. Lors de l'évaluation, ils ont atteint au moins 90 points : un maximum de 10 points peut être attribué pour chacun des 11 critères.

Le Fonds citoyen soutient des initiatives transfrontalières en quatre catégories : de subventions de moins de 5 000 € jusqu’au financement des projets phares de plus de 50 000 €. Jusqu'à 80 % des frais peuvent être pris en charge, p. ex. pour le voyage, le séjour, l'organisation, du matériel, des formations ou des honoraires.

Cliquez ici pour en savoir plus sur les projets phares