« Réaliser de grandes choses à petite échelle »

29.01.2021

Tribune de Benjamin Kurc, responsable du Fonds citoyen, pour les „Europa-Nachrichten“ du Bundesnetzwerks für Bürgerschaftliches Engagement (BBE).
 

L’amitié franco-allemande est le fruit d’une synergie réussie entre les décisions politiques et l’engagement citoyen. Et cela ne va pas de soi, comme le passé a pu le montrer. Le travail du Fonds citoyen et ses ambitions pour 2021 montrent avant tout que la relation unique entre les citoyennes et citoyens des deux pays est solide, variée et vivante.

Dans le monde franco-allemand, la nouvelle année est synonyme de célébration avec l’organisation de la Journée franco-allemande le 22 janvier. Pour le Fonds citoyen franco-allemand, qui n'a été créé qu'au printemps 2020, cette date a été également une première : ce nouvel outil de financement a pu pour la première fois encourager et soutenir des projets citoyens autour du 22 janvier. Le soutien de plus d’une cinquantaine d’actions montre d’une part la résilience et la créativité de la société civile face aux restrictions sanitaires, et d’autre part la palette des possibilités de financement qu’offre le Fonds citoyen aussi pour les formats en ligne ou hybrides. Les actions de de la #JFA2021 vont d’une conférence en ligne sur l’élaboration de l’avenir en région frontalière, en passant par une émission en direct sur la musique pop franco-allemande, un échange d’expertes et d’experts sur l’intégration professionnelle des réfugiés, ou encore des projections lumineuses sur les façades de villes jumelées.

Mais bien évidemment ceci dépasse le seul cadre de la Journée franco-allemande. Si entre avril et décembre 2020 plus d’une centaine de projets ont été soutenus par le Fonds citoyen, on en compte plus de 150 déposés rien que pour le mois de janvier 2021. En somme, il y a donc de bonnes raisons de célébrer et d’envisager l’avenir avec optimisme.

Renouveler un rapprochement historique

Mais ce qui est important aussi, c’est de regarder en arrière. Car après des siècles d’hostilité qui ont séparé la France et l’Allemagne, les anciens « ennemis héréditaires » sont devenus des « amis héréditaires » comme le soulignait un article paru dans un grand quotidien allemand à l’occasion de la Journée franco-allemande.

Cette amitié repose sur un réseau unique de relations qui s’est développé entre les gouvernements et les parlements, dans le monde de l’économie et au niveau de la société civile. Le texte fondateur de cette amitié extraordinaire est le traité de l’Élysée, signé en 1963 par le Président Charles de Gaulle et le Chancelier allemand Konrad Adenauer, qui a notamment permis la création de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ). Les nouvelles générations de Français et d’Allemands qui n’ont pas connu la guerre doivent pouvoir découvrir l’autre pays, apprendre à se connaitre et à se comprendre – regarder ensemble vers l'avenir et vers une Europe unie.

La création du Fonds citoyen s’inscrit dans cette continuité tout en élargissant le champ d’action de cette coopération à l’ensemble de la société :

Pourquoi limiter les échanges aux moins de 30 ans, alors que l’amitié franco-allemande est portée – et devrait l’être davantage – par d’innombrables citoyennes et citoyens pas forcément « jeunes », mais tout aussi créatifs qu’engagés ?

Valoriser et soutenir celles et ceux qui n’en avaient jusqu’alors pas les moyens

Le Fonds citoyen franco-allemand répond dès lors à un besoin précis : considéré comme étant le « projet phare » du traité d’Aix-la-Chapelle signé en 2019 par la Chancelière Angela Merkel et le Président Emmanuel Macron et doté d’un budget annuel de 2,4 millions d’euros, ce dispositif soutient les actions des citoyennes et des citoyens de part et d’autre du Rhin.

Il s’adresse par exemple aux associations, aux fondations, au centres culturels ou aux initiatives citoyennes – c'est-à-dire à toutes celles et ceux qui n’avaient pu bénéficier jusqu’alors d’un financement franco-allemand avant la création du Fonds citoyen. Ceci vaut notamment pour les quelques 2 300 jumelages et les organisations franco-allemandes qui, depuis plus de 60 ans, sont des acteurs incontournables des relations franco-allemandes au niveau local et régional.

Mais l’objectif du Fonds citoyen est également de motiver celles et ceux, au-delà des régions frontalières, qui jusqu’à présent ne s’étaient peut-être pas encore activement engagés dans le franco-allemand : associations sportives, acteurs du monde de la culture, militantes et militants écologistes, pompiers volontaires ou des projets d’intégration – l’échange avec le pays voisin en vaut toujours la peine et est plus facile que prévu lorsqu’il est accompagné par l’équipe du Fonds citoyen ou une/un de ses Référentes régionales ou Référents régionaux.

Avec le Fonds citoyen, toutes ces personnes ont désormais un partenaire fort à leurs côtés qui valorise leur engagement et les soutient aussi financièrement.

Un regard vers l’avenir

Ainsi, le Fonds citoyen est un levier important et concret qui soutient l’engagement et la compréhension transfrontalière – deux éléments dont nous avons plus que jamais besoin en ces temps de crise sanitaire et de méfiance à l'égard de la démocratie.

Notre lancement réussi l’année dernière dans des conditions difficiles confirme notre souhait de poursuivre nos convictions en 2021, afin qu’ensemble, avec les porteurs de projets – et avec celles et ceux qui souhaitent le devenir – nous créions des liens franco-allemands.

Nos démarches administratives restent simples : les demandes de subvention peuvent être soumises facilement au Fonds citoyen en ligne – toute personne désirant s’engager doit pouvoir s’investir dans son projet et non dans des procédures administratives chronophages et complexes.

Nous nous sommes fixés comme objectif de créer un équilibre entre des actions plus petites et ponctuelles et des projets ayant un plus grand rayonnement : entre un livre de recettes de la ville jumelée, une soirée film et discussion franco-allemande, un atelier de danse, des galeries numériques, des plateformes, des films documentaires ou des festivals, et bien sûr et surtout, dès qu'elles seront à nouveau possibles, des rencontres physiques.

Ce qui compte, c’est que les personnes des deux pays échangent entre-elles. Et la condition indispensable pour cela, comme l’a de nouveau prouvé une étude récente, c’est que les Français et les Allemands s’apprécient. Mais à quel point se connaissent-ils vraiment, loin des clichés ? Les échanges et les projets communs offrent la possibilité de trouver des points communs et de comprendre les différences – ce qui est indispensable pour établir des liens profonds et durables entre les citoyennes et citoyens.

Nous restons focalisés sur l’essentiel : aucun pays ne peut relever seul les grands défis de notre époque – et pas sans ses citoyennes et citoyens. Sans limiter sa diversité de thèmes soutenus, le Fonds citoyen lance en 2021 deux appels à projets avec au cœur les thèmes de la protection de l’environnement et la promotion de la démocratie – des sujets qui suscitent déjà beaucoup d’intérêt et de potentiel, comme le démontrent ces projets subventionnés :

  • Environnement : deux jeunes journalistes produisent un podcast franco-allemand sur des questions environnementales ; des villes jumelées discutent avec un réalisateur français sur l’agriculture durable ; la Semaine franco-allemande de la transition énergétique a lieu cette année avec le soutien du Fonds citoyen et un documentaire web sera bientôt mis en ligne sur les agricultrices et agriculteurs de l’Uckermark et de Provence.
  • Démocratie : dans la région frontalière, le Fonds citoyen a déjà subventionné deux Conseils citoyens durant lesquels les citoyennes et citoyens de Bade-Wurtemberg, d’Alsace et de Rhénanie-Palatinat discutent des leçons à tirer de la crise sanitaire et des visions d’avenir ; des travailleuses et des travailleurs du secteur social échangent leurs expériences sur les bonnes pratiques pour l’implication des employés en zones rurales mais également sur l’intégration des réfugiés en milieu professionnel ; et ailleurs, les coordinateurs français et allemands d’une initiative se réunissent afin de soutenir les citoyennes et citoyens « ordinaires » à commander des projets artistiques ou de recherche.

Nous nous réjouissons de pouvoir ainsi continuer en 2021 à soutenir et à réaliser de grandes choses à petite échelle : l’amitié franco-allemande et une société civile forte, vivante et engagée.

Afin que chaque journée ressemble un peu plus à une Journée franco-allemande.